Les consignes à respecter après un implant fessier

L’implantation de prothèses fessières est la technique qui permet de gagner du volume et des courbes au niveau des fesses en un rien de temps. Bien que cette opération semble simple, elle implique quelques règles d’hygiène avant et surtout après l’intervention. Ceci dans le but d’éviter les implants fessiers ratés.

La conduite à tenir avec l’opération

 La mise en place d’implant fessier est une méthode devenue très courante pour une augmentation du volume des fesses. Rapide et efficace, cette pratique ravit de nombreuses patientes qui en sont pleinement satisfaites. Bien que le résultat soit toujours à la hauteur des attentes, on n’oubliera pas qu’il existe certaines précautions à prendre avant et après l’opération. Car les implants fessiers ratés sont fréquents.

Deux semaines avant l’intervention, la patiente ne doit pas prendre de médicament qui contient de l’aspirine. Si elle suit un traitement médicamenteux quelconque, elle doit le signaler au médecin qui signalera à son tour le chirurgien plasticien et l’anesthésiste. Il peut arriver que la patiente soit dans l’obligation d’interrompre temporairement la prise de ses médicaments. Par ailleurs, compte tenu de la nocivité du tabac sur la cicatrisation, il est impératif d’arrêter de fumer 14 jours avant l’intervention. Enfin, un jour avant l’opération, la patiente ne mangera ni ne boira au moins 6 heures précédant son intervention.

Le déroulement de l’intervention

L’intervention consistant à poser les implants dure environ 2 heures. On comptera 2 à 3 jours d’hospitalisation après la chirurgie. Deux consultations seront également nécessaires avant de procéder à la pose des prothèses fessières. Pour cela, le médecin plasticien examinera la morphologie de sa patiente et la conseillera sur les modèles qui correspondront à ses besoins. Dans tous les cas, une chirurgie de pose d’implant fessier se déroulera sous anesthésie générale. Un bilan préopératoire aura lieu avant l’opération proprement dite pour éliminer toutes les contre-indications.

Les petits inconvénients postopératoires

Il est normal de sentir la douleur une fois que l’anesthésie ne fait plus effet. Ces douleurs postopératoires sont donc la suite logique d’une telle intervention pour mettre en place les prothèses des fessiers. Pendant quelques jours, on observera l’apparition d’ecchymoses et d’œdèmes sur la zone traitée. A la sortie du bloc, la patiente portera un pansement modelant afin de limiter le développement de ses bleus. Après un implant fessier, un léger hématome peut aussi apparaître, mais qui disparaitra au bout de quelques semaines. Par ailleurs, les cicatrices ne sont pas visibles. C’est l’un des grands avantages des prothèses fessiers.

La suite des prothèses fessières

Les implants fessiers ratés sont légions. Avant de songer à faire un implant fessier, il convient de prévoir une convalescence d’au moins 15 jours. Un mois est la durée idéale pour que la guérison soit totale. Pendant l’arrêt de travail, d’autres consignes médicales seront à respecter au pied de la lettre, pour ne mentionner que la prise régulière des antalgiques et des antibiotiques prescrits par le médecin. On évitera également les positions et les mouvements qui peuvent créer des tensions au niveau des fessiers, en particulier la position assise. Pendant les 10 premiers jours qui suivent la chirurgie, la patiente ne peut pas prendre de bain. Ceci, afin d’assurer que la cicatrisation ne soit pas altérée par l’humidité. On doit aussi cesser de pratiquer le sport. En outre, les efforts musculaires intenses sont proscrits. De même, on ne doit pas conduire pendant les 3 mois qui suivent l’opération. Enfin, le tabac est interdit pour favoriser la bonne cicatrisation.